Une semaine en Andalousie : un road trip 100% nature

 

 

Ceux qui nous suivent depuis un moment savent que l’Espagne et nous, ça commence à devenir une petite histoire d’amour ! Après avoir exploré plusieurs fois le nord du pays, il était temps qu’on s’éloigne un peu plus pour découvrir le sud ! A la fin de l’été, nous avons terminé d’aménager notre 4×4, et nous cherchions une idée d’escapade pour une semaine minimum, avec du soleil à la clé pour un road trip automnal. L’Andalousie nous tentait beaucoup, et tout particulièrement l’un de ses déserts. Cette région, habituellement visitée pour ses villes, s’est avérée être d’une nature insoupçonnée.

Alors, l’Andalousie côté nature, ça donne quoi ?

 

 

 

 

 

 

La Sierra de Cazorla, les montagnes secrètes de l’Andalousie

 

C’est dans le parc naturel de la Sierra de Cazorla qu’a débuté notre voyage en Andalousie. Après avoir roulé sur les routes d’Espagne durant un jour et demi, nous sommes arrivés au nord de la région, là où se trouve cette belle sierra. Par définition, une sierra est une chaîne de montagne ; après avoir plusieurs fois parcouru dans le passé la Sierra de Guara, dans le nord du pays, nous découvrons avec bonheur cette fois-ci la Sierra de Cazorla. Le soleil est en train de se coucher, et nous cherchons un endroit où installer le campement pour la nuit, dans des températures estivales. Quel bonheur en ce mois d’octobre ! Le bivouac installé au milieu des pins, avec vue sur le lac Embalse del Tranco de Beas, et seuls au monde, nous fêtons notre arrivée en Andalousie avec des bons burgers faits maison, miam ! Un sanglier passera non loin… nous sommes bien contents de passer la nuit dans la tente de toit.

Vous commencez à nous connaître, on a cherché à dégoter quelques randonnées sympas à faire dans le coin 😉 L’une des plus belles randonnées à faire dans la Sierra de Cazorla est sans aucun doute celle du Rio Borosa : un itinéraire qui suit la rivière, avec un magnifique passage sur des pontons qui surplombent l’eau turquoise… le passage nommé Cerrada de Elias promet dépaysement et enchantement! Le sentier continue loin dans les montagnes en suivant le cours d’eau, qui est un affluent du Guadalquivir, jusqu’à une belle cascade : Salto de los Organos.

 

Randonnée au Rio Borosa

Dans les gorges de la vallée Borosa

 

Végétation luxuriante, au coeur de la forêt de la Sierra de Cazorla

 

 

 

 

La randonnée du Rio Borosa  •  Informations pratiques

hiking-person-silhouette-with-a-stick9kilomètres
passage-of-time2heures 45
line-chart

200mètres

Cette randonnée est l’une des plus belles d’Andalousie et de la Sierra de Cazorla. Le départ se fait depuis le visitor center de Loma de Maria Angela. Sans difficulté, elle peut être très longue selon l’endroit où on souhaite faire demi-tour. Nous avons marché jusqu’à Cerrada de Elias, qui constitue un joli but de la balade. On longe le coloré Rio Borosa tout au long de la randonnée, tantôt sur une piste tantôt sur les passerelles, qui se termine avec une superbe cascade. Comptez 25 kilomètres aller/retour pour arriver à Los Organos (c’est à dire la randonnée complète).

 

>> Téléchargez la carte de la randonnée du Rio Borosa

Voir le tracé Wikiloc de la randonnée

 

 

 

 

La Sierra de Cazorla s’étend sur plus de 200 mille hectares de nature préservée, et classée réserve mondiale de la biosphère depuis 1986. Entre montagnes, lacs et cascades, le parc est un petit paradis pour les amoureux de la nature. La sierra se découvre en parcourant pistes et sentiers, où les rencontres avec la faune sauvage n’est pas rare…

L’Embalse del Tranco de Beas offre un panorama avec un petit air du sud. La route scénique qui le longe sur sa rive ouest sillonne entre pins et roches, et l’ambiance peut changer en un virage.

 

 

 

 

 

 

 

Nous roulions sur les pistes du sud de la Sierra de Cazorla lorsque soudain, nous fûmes stoppés par la présence d’un animal sauvage sur le bord de la piste… Un joli renard était allongé, et regardait tranquillement la voiture passer ! Il n’était pas blessé, et n’avait pas peur de nous. Nous avons pu l’approcher et l’observer de près. Un moment inattendu qui a rendu notre journée encore plus belle. En continuant la piste, nous avons vu d’autres renards, aussi peu farouches que ce dernier. Ces premiers jours en Andalousie nous ont gâté !

 

 

 

 

 

Moments de vie… dans la sauvage Sierra de Cazorla

 

Campement d’un soir, seuls avec dame nature

 

 

Entre les monts rocheux, les doux reliefs façonnent la sierra

 

Les dernières lumières

 

 

 

Après avoir passé une nuit dans le silence de la sierra, nous avons plié notre campement sauvage et sommes montés en haut du Pico Cabañas, juste avant que le soleil ne se lève. On démarre la randonnée à la lampe frontale et, dans les premières lueurs du jour, nous apercevons des bouquetins ibériques qui sautent d’un rocher à l’autre. Rencontre magique… qui ne fait que confirmer notre sentiment : la Sierra de Cazorla est une véritable pépite du sud de l’Espagne, un lieu où la faune sauvage est présente plus qu’ailleurs.

Le soleil se lève et nous découvrons la mer de nuages qui recouvre la vallée. Au loin, les montagnes de la Sierra Nevada se dessinent, comme pour nous dire « venez, nous aussi on vaut le détour ! » 😉

 

 

Montagnes de la Sierra de Cazorla, entre roches et pins

 

A la fin de la nuit, les bouquetins se dessinent sur les crêtes  ♡

 

 

 

 

 

Randonnée au Pico Cabañas  •  Informations pratiques

 

hiking-person-silhouette-with-a-stick2kilomètres
passage-of-time45minutes
line-chart

200mètres

 

Cette randonnée est très facile et permet de prendre un peu de hauteur et de contempler la vue sur la Sierra de Cazorla. Le Pico de Cabañas est le plus haut sommet de la Sierra del Pozo, à 2026 mètres d’altitude. Il faudra emprunter la piste JV-7107 qui mène à « Nacimiento del rio Guadalquivir » depuis le village de Cazorla, et continuer sur la piste qui part en direction du sud. On arrive à un petit parking en terre, un panneau sur la randonnée est installé au départ du sentier. On peut aussi accéder au départ depuis le sud, car cette piste rejoint la route A-6206 et le village de Hinojares.

Le sentier monte progressivement jusqu’à un point de vue aménagé, le Mirador Subida al Cabañas , et continue en direction du refuge, qui marque le sommet du Pico Cabañas.

 

>> Télécharger la carte

>> Voir le tracé de la randonnée sur Wikiloc

 

 

 

 

 

On reprend la route… direction le désert !

 

 

 

 

 

 

 

Explorations dans le désert de Gorafe

 

Alors là, nous allons vous parler de notre coup de cœur ultime de ce voyage en Andalousie, un désert qui était peut-être la motivation principale pour rouler toutes ces heures jusqu’au sud de l’Espagne ! Le vaste désert de Gorafe est un lieu incroyable situé dans la province de Grenade. Au cœur d’un territoire sauvage et peu fréquenté, il offre des panoramas de badlands dignes du grand ouest américain. Ce désert, véritable perle de l’Andalousie, est encore peu connu et très peu fréquenté. Pour visiter et explorer le désert de Gorafe, il faut être un minimum équipé car il n’est accessible que si on est équipé d’un véhicule 4×4 : il est traversé par des pistes qui ne sont pas toujours en bon état.

Forcément, on s’y sent un peu seul au monde ! Lorsque nous sommes arrivés au milieu de ces formations incroyables, nous n’avons croisé comme signe de vie que deux Defender. Nous avons passé une bonne journée et demie dans le désert, avec un bivouac face aux belles falaises teintées de rose et d’orange. Los Coloraos représentent la plus belle partie du désert de Gorafe, nous sommes allés les admirer de plus près en nous approchant à pied (il n’y a pas de sentiers, c’était pas une mince affaire !)

En parcourant les pistes du désert, nous sommes aussi descendu en 4×4 au fond des canyons, en suivant les lits de rivières asséchées. Un petit goût d’exploration, avec un soupçon d’adrénaline en risquant l’embourbement… !

 

Canyons colorés, cheminées, innombrables vallées… bienvenue dans le désert de Gorafe !

 

On arrive dans ce désert d’abord sur les hauteurs, pour descendre ensuite au fond des canyons…

 

Los Coloraos, les magnifiques

 

 

 

Petite pause au campement. Le plaisir de feuilleter le superbe ouvrage « Sur la route » , en étant sur la route 🙂

 

En extase devant ces paysages grandioses. Ce désert est immense, préservé et très sauvage

 

 

 

La Sierra de Cazorla apparait en toile de fond

 

 

 

 

 Informations pratiques  •  Visiter le désert de Gorafe

 

Le désert de Gorafe se situe au nord de la Sierra Nevada, à 1h30 de route de Grenade et à 1h45 de route d’Almeria. Très sauvage et peu couru, il se visite qu’avec un véhicule 4×4 possédant une bonne garde au sol, à VTT ou à pied (pour les plus motivés!). En voiture, le désert se parcourt en 3h ou 5h, selon les arrêts et les itinéraires empruntés. La piste est propre depuis le village de Gorafe, jusqu’à l’entrée du désert. Ensuite ça descend dans les canyons et c’est là que ça se complique : ornières (en pente hein, sinon c’est pas drôle), passages boueux… D’ailleurs nous vous déconseillons fortement de vous rendre dans le désert après de fortes pluies ! Il y a certains itinéraires qui suivent les rivières asséchées, c’est surtout là qu’il y aura des risques de s’embourber. Pour de multiples raisons, nous avons dû nous restreindre à rester sur les pistes principales (boue, véhicule trop long et trop lourd…).

 

Plusieurs pistes parcourent ces grands espaces, on peut partir de Gorafe ou de Villanueva de las Torres. Il est possible de faire une boucle en suivant cet itinéraire :

> Voir le tracé de l’itinéraire 4×4 sur Wikiloc

 

> Attention : si vous souhaitez laisser votre véhicule sur le plateau, et explorer le désert en marchant, prenez garde à ne pas réaliser de randonnées en période d’été, quand les températures peuvent atteindre 45°C.

 

Dormir à Gorafe : Le bivouac sauvage est autorisé dans le désert. Comme toujours, il faut veiller à ne laisser aucune trace et respecter les lieux. Le village de Gorafe propose quelques auberges et hôtels, et si vous souhaitez vivre une expérience exceptionnelle, il existe un endroit magnifique où on dort au milieu de rien : La casa del desierto (150€ la nuit, réservation à faire de longs mois à l’avance).

 

 

 

 

 

 

 

 

D’un désert à un autre, le désert de Tabernas

 

C’est après notre périple à travers les grands espaces du désert de Gorafe que nous avons pris la route en direction du désert de Tabernas. En 1h30 nous y voilà ! Le désert de Tabernas est situé dans la province d’Almeria, à 30 kilomètres à peine de la ville du même nom. Très accessible, le parc naturel de Tabernas renferme oasis, ravines et montagnes asséchées sur 280 km². Pour l’anecdote, il y a 150 ans à peine le désert était une vaste forêt, qui a disparue suite aux défrichements intensifs faits par l’homme. Le climat sec et aride a entretenu ce côté désertique.

Tabernas est connu pour les nombreux villages western, dont certains sont encore en activité pour l’industrie du cinéma, comme Fort Bravo (anciennement Texas Hollywood), qui sert de décor de film. D’autres sont laissés à l’abandon, et certains sont destinés à un usage purement touristique comme Oasys Mini Hollywood. Il s’agit de parcs thématiques proposant des animations comme des reconstitutions, ainsi qu’un zoo. L’Andalousie n’a pas fini de nous surprendre ! La seule ombre au tableau est l’autoroute qui passe au beau milieu du désert…

 

 

Comme un air de Far West en Andalousie ! Avec un petit clin d’œil au Hollywood Sign américain

 

Les barrancos et villages westerns font la particularité du désert de Tabernas

 

Grands espaces désertiques

 

 

Randonnée dans le désert de Tabernas

hiking-person-silhouette-with-a-stick6kilomètres
passage-of-time2heures 30
line-chart

130mètres

Quelques pistes et sentiers traversent le désert de Tarbernas : nous avons parcouru l’itinéraire qui part du parking juste avant le parc Oasys, en direction de l’est. Les balisages sont quasiment inexistants, il faut parfois se repérer au GPS lorsqu’il n’y a pas d’escaliers ou de pontons (nous vous conseillons de télécharger un tracé, ainsi que l’application Wikiloc pour avoir l’itinéraire même sans réseau). On suit généralement le cours d’eau asséché, quelques sentiers partent vers les hauteurs ou dans des barrancos. Nous avons exploré ces ravines qui rappellent le désert des Bardenas, jusqu’à l’oasis de Lauwrence d’Arabie. De là, nous avons suivi le Barranco del Cautivo sur 1 kilomètre. Pensez à prendre de l’eau et à vous protéger du soleil ! Randonner dans ce désert est déconseillé en plein été.

>> Voir le tracé GPX de la randonnée

 

 

 

Au coeur des badlands

 

Le sentier est aménagé sur la première partie

 

 

 

Dans le Barranco del Cautivo

 

Textures et végétation du désert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le parc naturel Cabo de Gata, l’Andalousie côté mer

 

Lors de ce road trip nature en Andalousie, nous tenions à profiter un peu (même furtivement) de la côte méditerranéenne. Le parc naturel Cabo de Gata est l’un des rares espaces de la côte à être resté vierge et non bétonné, alors que des milliers de serres quadrillent la région. D’origine volcanique, Cabo de Gata offre des paysages faits de montagnes et de roches colorées, secrétant une multitude de belles plages et de criques à l’eau cristalline (qui plaisent beaucoup aux naturistes!).

Nous l’avons parcouru du sud au nord, les arrêts et points de vue sont multiples le long de cette route scénique ! Les arrêts les plus beaux sont le phare de Cabo de Gata, et la Cala Raja, une crique magnifique et colorée de rouge et de blanc. C’est tout d’abord sur une route goudronnée qu’on s’engage, et elle devient ensuite en très mauvais état car elle n’est plus entretenue (on était bien content d’avoir le 4×4 par moments!). Arrivés à la Torre de la Vela Blanca, l’accès est fermé et on ne peut pas accéder à la partie nord du parc. Pour cela il faut faire machine arrière et un loooong détour. Faute de temps, nous avons fait une croix sur les beaux panoramas de Mónsul…

 

Avant d’arriver au parc, les salines et lacs recouvrent le paysage

 

La côte préservée de l’Andalousie, ici la vue depuis la Torre de la Vela Blanca

 

 

El Dedo, le rocher solitaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Randonnées sauvages dans la Sierra Nevada

 

Montagnes mythiques de l’Espagne, la Sierra Nevada est un massif gigantesque et élevé, qui comporte pas moins d’une quinzaine de sommets à plus de 3000 mètres d’altitude. Le point culminant est le Mulhacén, du haut des ses 3478 mètres. Ces sommets enneigés servent de toile de fond à l’Alhambra dans la ville de Grenade, et se trouvent dans le grand parc national de la Sierra Nevada, qui préserve cette cordillère iconique.

La Sierra Nevada n’est pas très facile d’accès, si ce n’est pour aller à la station de ski du même nom. Il n’y a qu’une seule route qui traverse le massif, les autres contournent la sierra. Il faut donc bien choisir son secteur car un détour peut être très long à faire ! Nous avons décidé de nous promener au sud de ces montagnes, de un car c’était le plus accessible en venant de la côte, et de deux car nous souhaitions voir un lieu bien particulier. Nous avons roulé sur les petites routes qui parcourent les Alpujarras, sur les flancs sud de la Sierra Nevada, jusqu’au Refuge del Puntal. Les nombreux villages blancs pittoresques parsèment les collines, des villages qui caractérisent bien la région des Alpujarras.

Ici pas de sentiers, pas d’itinéraires de randonnée. Il faut se créer soi-même son parcours. Nous partons à l’assaut du Pico Tajo de Los Machos, un joli 3000, en traversant forêts et monts arides. Nous ne nous rendons pas compte que nous sommes à une altitude élevée…! Cette partie de la Sierra Nevada est extrêmement sauvage et déserte à tout point de vue (durant deux jours nous ne verrons presque personne). La végétation se fait rare. Notre ascension est écourtée suite à la forme de notre toutou, qui commence à se faire vieux.

 

Arrivés sur les crêtes, nous trouvons quelques vestiges de cabanes en pierre

 

 

Dans les montagnes arides et sauvages de la sierra

 

Coucher de soleil tout doux 

 

 

Faire un feu pour se réchauffer, dans la nuit froide et silencieuse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

O Sel Ling, Un temple bouddhiste dans la Sierra Nevada

 

Dans les montagnes des Alpujarras, se cache un endroit des plus insolites, un lieu où on se sent totalement parachuté dans un autre pays. Mais cet endroit se mérite et il faut savoir le trouver…! Après avoir pris les routes pentues qui sillonnent sur les flancs sud de la Sierra Nevada, après le village de Soportújar, on découvre le temple bouddhiste O Sel Ling.

Cet endroit est un centre de retraite et de méditation, loin de tout à 1600 mètres d’altitude. Ce centre, qui enseigne selon la tradition Mahayana du bouddhisme tibétain, a été créé il y a plus de 25 ans par deux lamas originaires du Tibet. On y découvre de nombreux édifices de la culture bouddhiste : stupas, bouddhas, et moulins à prières. Les lieux sont ouvert à tous, à des horaires précis (indiqués sur leur site web). Un sentier relie les différents monuments.

 

On pourrait se croire au Népal, mais non, nous sommes bien en Andalousie !

 

Moulins et drapeaux de prières

 

Ici les bergers andalous côtoient les drapeaux de prières

 

 

 

 

 

 

 

 

El Torcal de Antequera, merveille géologique en Andalousie

 

La région Torcal de Antequera est une réserve naturelle dont les roches calcaires ont des formes caractéristiques et assez atypiques. Parfois très hautes et impressionnantes, ces formations karstiques s’étendent sur une vingtaine de kilomètres carrés. Certaines sont très distinctes, comme El Tornillo, qui apparaît comme un champignon constitué en plusieurs galets de roches. Il est tellement exceptionnel qu’il a été classé monument naturel. Vous comprenez donc pourquoi nous avons tenu à passer par là ! Ce lieu mérite clairement un détour de plusieurs heures…

A 45 km au nord de Malaga (environ 1h30 de route), le site Torcal de Antequera se visite grâce à plusieurs sentiers qui parcourent les formations rocheuses. Un grand parking et un visitor center nous fait nous rendre compte que nous sommes à l’endroit le plus touristique qu’on a vu jusqu’à présent en Andalousie. Des bus et des taxis venant de Malaga déposent des dizaines de marcheurs, tous couverts jusqu’au bout du nez. Il y a comme un micro climat qui plane sur les hauteurs du massif, dans les nuages et avec des températures très basses. Heureusement, plus nous avançons sur les chemins et moins il y a de monde.

El Torcal de Antequera offre des paysages uniques en Europe, avec une flore riche et diversifiée. Nous avons croisé de nombreux bouquetins ibériques, pas peureux et acrobates dans ce labyrinthe de rochers !

 

 

Plusieurs itinéraires sont balisés, on peut aussi découvrir des paysages surprenants en explorant et en sortant des sentiers battus

 

Un décor minéral exeptionnel

 

 

Découvrir des monolithes différents à chaque virage

 

Rencontre entre les roches

 

 

 

 

 

 

Visiter le parc Torcal de Antequera

 

Torcal de Antequera se situe à 45 km au nord de Malaga, et à 13 km au sud d’Antequera. Il se caractérise par un massif isolée, un grand plateau recouvert de ces formations rocheuses. L’accès est gratuit et il y a un visitor center qui propose des expositions, restaurant et boutique. Les belles formations rocheuses sont accessibles essentiellement avec des randonnées qui sont assez faciles. Il existe 3 itinéraires de randonnée, qui partent du visitor center, pour découvrir le site :

• Le circuit vert – 1,5 km – 45 min : l’idéal pour découvrir rapidement les paysages de Torcal.

• Le circuit jaune – 3 km – 2h : cette boucle est celle que nous avions réalisé. C’est l’itinéraire que nous conseillons car la partie la plus éloignée du point de départ est superbe.

• Le circuit orange – 3,8km – 3h : cet itinéraire est plus en retrait des deux autres sentiers, il permet de découvrir des espaces plus vastes et moins encaissés que les deux premiers itinéraires. Nous avions randonnée sur ce sentier sur sa première partie uniquement.

Attention : les chiens sont interdits sur les itinéraires vert et jaunes, ils sont par contre autorisés sur l’itinéraire orange.

 

>> Télécharger la carte des itinéraires verts et jaunes

Site web et infos pratiques :  torcaldeantequera.com

 

 

 

 

 

 

 

 


Road trip en Andalousie en véhicule aménagé : notre premier voyage avec le 4×4 !

 

Ceux qui nous suivent savent que nous avons récemment aménagé un 4×4 en mode aventurier ! Vous pouvez retrouver le détail de ces aménagements dans notre article spécial. Nous avons aménagé notre véhicule afin de pouvoir partir facilement en France et en Europe, librement et en découvrant des endroits encore plus reculés et sauvages (d’où le côté 4×4), mais aussi en réduisant les coûts.

Ce voyage en Andalousie était donc le « voyage test », le baptême ! Vivants dans le sud de la France, nous n’avions qu’une bonne journée et demie de voiture à faire pour nous rendre tout au sud de l’Espagne, et profiter encore un peu de l’été en plein mois d’octobre. Ce choix fut très bon et nous avons adoré explorer les recoins méconnus de l’Andalousie tout en étant autonomes pour plusieurs jours. Quelle liberté, vraiment !

Côté bivouac, nous n’avons pas eu de problème pour trouver des emplacements. Le bivouac avec son véhicule est toléré presque partout sauf dans certains parcs comme Cabo de Gata. Parfois, il s’agit simplement d’une piste fermée à certaines heures et interdite pour la nuit. Nous avions téléchargé des applis comme Park4night, qui ne nous a pas servi car grâce au 4×4 nous trouvions toujours des endroits sympas et loin de tout pour camper, on faisait un peu au feeling (on repérait avant sur google maps). Nous n’avons dormi qu’une seule fois dans un logement en dur, dans un bungalow au camping, loué à la dernière minute, car des fortes intempéries étaient annoncées et on n’avait pas envie de galérer.

Côté hygiène, nous avons testé et approuvé notre douche solaire Quechua, c’était vraiment parfait ! On la laissait chauffer au soleil sur le toit de la voiture pendant qu’on randonnait, et comme on trouvait des endroits déserts et reculés pour le campement on a pu se doucher dehors sans problème. Nous faisions le plein d’eau douce dans les stations services : parfois on y trouve un accès gratuit à l’eau, et parfois c’est payant (du style 1€ les 5 minutes).

 

 

 

Bivouac sauvage dans le désert de Gorafe

 

 

 

 

Notre itinéraire en Andalousie

 

Voici l’itinéraire de 10 jours que nous avons réalisé, en octobre 2018 :

 

∗ les heures de route indiquées représentent les temps de déplacements entre les deux secteurs principaux de la journée, et ne comprennent pas les visites et balades sur les pistes.

 

• Jour 1 : départ de Toulouse en fin de journée, traversée des Pyrénées et nuit en bivouac du côté espagnol, non loin du Congost de Mont Rebei. (3h30 de route)

• Jour 2 : longue journée de route pour arriver en Andalousie, bivouac au bord du lac au nord de la Sierra de Cazorla. (8h de route)

• Jour 3 : route panoramique A-319 et randonnée au Rio Borosa, puis exploration des pistes vers Nacimiento del rio Guadalquivir. Bivouac dans le coin.

• Jour 4 : randonnée au Pico Cabañas, et route jusqu’à Gorafe. Pistes et randonnées dans le désert et installation du bivouac pour la nuit. (2h30 de route)

• Jour 5 : suite des pistes dans le désert de Gorafe, et route jusqu’au désert de Tabernas. Randonnée dans le désert et campement le long des pistes après Oasys Mini Hollywood. (1h15 de route)

• Jour 6 : balade dans les villages western, et route jusqu’à Cabo de Gata. Arrêt ravitaillement en produits frais et plein d’eau. Points de vue, repos et baignades dans les criques. Bivouac dans les montagnes. (1h de route)

• Jour 7 : route jusqu’à la Sierra Nevada. Balade dans les Alpujaras et au monastère bouddhiste. Piste jusqu’au refuge del Puntal et bivouac non loin. (3h de route)

• Jour 8 : randonnée dans la Sierra Nevada, jusqu’aux crêtes du Pico Tajo de Los Machos. Retour à Orgiva et nuit en bungalow au camping.

• Jour 9 : route jusqu’aux Torcal de Antequera. Randonnées dans le massif et bivouac non loin. (2h de route)

• Jour 10 : dernières randonnées à Torcal de Antequera, et longue route jusqu’à la France (Pays Basque), avec un arrêt au village de Zuheros. (10h de route. oui oui. c’était long !)

 

 

 

 

Un voyage en Andalousie  •  Infos pratiques

 

Venir en Andalousie

Région située à l’extrême sud de l’Espagne, l’Andalousie s’atteint en voiture en 9h ou 10h de route depuis la frontière française. En version plus rapide, il y a des vols réguliers de Paris aux aéroports de Malaga, Séville ou Grenade. Comptez environ 150€ pour un aller/retour et 2h30 de vol.

 

Quand partir en Andalousie ?

Toute l’année est propice pour un séjour en Andalousie ! Les saisons idéales seront le printemps et l’automne, qui offrent un climat ensoleillé et des températures agréables. L’été, de juin à août, les températures peuvent être caniculaires dans les terres, à éviter donc si on souhaite randonner dans les déserts. En hiver, de décembre à mars, il y fait doux et c’est une bonne saison pour profiter des villes, sans trop de monde.

 

Combien de jours prévoir dans la région ?

Nous vous conseillons de rester au moins une semaine, afin de prendre le temps de profiter et de vous organiser un petit road trip varié, 100% nature ou alliant villes et nature.

 

A voir aussi en Andalousie :

Ronda, une ville séparée par d’impressionnantes gorges – El Caminito del Rey, pour une randonnée aérienne (veillez à réserver des mois à l’avance) – Les villes emblématiques de l’Andalousie : Séville, Grenade, Cordoue.

 

>> Rechercher un logement en Andalousie

 

 


100% nature, à voir à faire en Andalousie, sur la carte :

 

Épinglez cet article sur Pinterest pour mettre au chaud ces idées de voyage :

 
 

8 commentaires pour “Une semaine en Andalousie : un road trip 100% nature

  1. Vanessa

    Ce soir, c’est lecture de vos aventures et je ne suis pas déçue. Ces formations rocheuses m’avaient intriguée sur Instagram et je vois que c’est vraiment un lieu incroyable ! Merci pour cette découverte !

  2. Camille oh.cest.ca

    Je suis partie en Andalousie quand j’ai eu tout juste 18ans (26h de bus au départ de Marseille !), Je me souviens très bien que cette région était belle, mais je ne savais pas qu’elle l’était a ce point !
    Voilà c’est malin maintenant je n’ai qu’une envie : découvrir ces paysages 😍

    Merci pour toutes ces informations, je suis certaine qu’elles finiront par me servir un jour ou l’autre 😉

    1. Betty

      26 heures de bus, wouahh !
      Cette région est surtout connue pour les villes, alors qu’il y a beaucoup de pépites du côté des paysages également 🙂 On te souhaite d’y retourner !

Laisser un commentaire