Une semaine au Cap Vert partie #1 : randonnées sur l’île de Santo Antão

Récit de voyage au Cap vert : une semaine de trekking à Santo Antao


Cela faisait un moment que le Cap Vert trainait dans un coin de nos têtes. Après avoir visité Madère et les îles Canaries, nous continuons notre exploration des îles de l’Atlantique encore plus au sud, et plus précisément au large du Sénégal, à 600 km des côtes africaines ! Pour ce voyage, nous souhaitions du trek, de la randonnée, bref, découvrir ces petits morceaux de terres africaines en marchant. Donc pas de road trip prévu au programme pour cette fois-ci !

Le Cap Vert est composé de beaucoup d’îles, 10 pour être exact. Elles ont toutes des aspects très différents : Sal et Boa Vista sont réputées pour leurs plages à la couleur lagon, Fogo pour son volcan actif, Santo Antão pour les randonnées dans ses montagnes… C’est donc tout naturellement que notre choix s’est dirigé vers Santo Antão, située au nord de l’archipel du Cap Vert ! Elle représente la seconde plus grande île du pays, avec ses 43 kilomètres de long pour 24 kilomètres de large.

Ce voyage, nous l’avons vécu de manière inédite pour nous ! Pour la première fois, nous avons testé de A à Z une façon de voyager proposée par l’agence Chamina Voyages, spécialiste des treks en Europe et dans les îles : les randonnées en liberté ! Le programme du voyage est constitué de 5 jours de randonnées à Santo Antão, plus 2 jours à São Vicente. Nous vous en parlerons plus en détails dans notre carnet pratique mais pour résumer : tout le voyage est organisé, nous récupérons un carnet de route avec les réservations, cartes, topos et infos, puis nous avons plus qu’à nous laisser porter, randonner et à profiter, à deux ! C’est pas parfait ça ?!

On vous embarque donc pour une semaine à la découverte du Cap Vert, avec la première partie de notre récit de voyage !

 

 

 

 

Randonnées à Santo Antão jour 1  |  Le Col de Forquinha

 

     Kilomètres parcourus : 17 km      Dénivelée : +200m -400M     Nombre de touristes croisés : 2

 

Notre arrivée au Cap Vert s’est faite toute en douceur sous les tropiques, dans des températures estivales et avec un accueil convivial dès le hall de l’aéroport. C’est à Mindelo, sur l’île de Sao Viçente, que notre avion a atterri. Sao Viçente est la voisine de Santo Antão, qui ne dispose pas d’aéroport. Après une nuit à Mindelo (nous vous parlerons de Mindelo dans le prochain article), nous prenons le ferry et atteignons l’île de Santo Antão, en une heure de navigation dans des secousses accompagnées d’un vent violent. A bord de ce bateau qui n’est plus tout jeune, nous observons les capverdiens, beaucoup habitent à Santo Antão, et viennent faire leur courses à Mindelo, d’autres y travaillent, et viennent revoir la famille ! A quelques mètres de notre banc, un discussion animée au bar… ça parle foot ou politique visiblement ! Nous nous rendons vite compte qu’il sera plus compliqué que ce qu’on imaginait d’échanger avec les locaux, ils parlent le créole capverdien, issu du portugais, une langue qui s’avère d’ailleurs différente selon les îles !

 

ferry de Mindelo à Santo Antao

Les vents se faufilent entre les deux îles, la traversée est souvent houleuse et les gens malades.

 

Première vue de Porto Novo, sur l’île de Santo Antão

 

Nous posons enfin le pied à Santo Antão ! L’île paraît extrêmement désertique, et nous découvrons l’un des différents micro climats spécifiques à ce petit bout de terre. Une partie de l’île est ensoleillée, très aride, tandis que certaines vallées sont souvent embrumées, dans les nuages, et donc plus propices aux cultures et à la verdure. Au programme des 2 prochains jours, le côté aride !

Notre chauffeur nous attend et nous embarquons dans l’un des nombreux 4×4 garés sur le parking du port. Les premiers paysages défilent à travers la vitre de la voiture, sur les routes pavées qui grimpent dans les montagnes. Il y a peu de voitures sur l’île : quelques vans et 4×4 picks up aménagés en guise de transports en commun !

 

Voiture avec chauffeur Cap Vert

 

Nous sommes déposés au village d’Alto Mira, où débute le sentier de notre première randonnée sur l’île ! Nous entamons la montée et passons au milieu des plantations en terrasse. Tomates, bananes, manioc, haricots… tout cela est possible grâce à une source non loin, acheminée jusqu’aux plants grâce à un système de canaux, que les agriculteurs contrôlent. Selon la saison, ils « ouvrent » l’accès à l’eau et irriguent les cultures une fois tous les trois jours. L’eau est très précieuse ici et représente sûrement la plus grande richesse de cette île !
 
cultures en terrasse au Cap vert sur l'île de Santo Antao

 

Après une courte ascension, nous atteignons l’impressionnant col de Forquinha, qui dévoile une vue sur la vallée dans laquelle nous allons descendre. Ici les sommets sont tout en pointe, les silhouettes des aiguilles en dykes de lave font partie de ce décor aride. Nous mettons un moment à nous y habituer, car ces paysages ne représentent tellement pas l’image qu’on peut se faire du Cap Vert… Pas de doutes, Santo Antão est vraiment un petit paradis pour les marcheurs !

Plus loin sur le sentier, une petite maison est construite non loin d’une oasis cultivée. Nous croisons par la suite quelques habitations qui semblent bien loin du village. Nous continuons notre descente, sous un soleil de plomb (aie, les premiers coups de soleil!).

 

Randonnée en liberté Chamina Voyages Récit

Les paysages surprenants du Cap Vert

 

Aiguilles et passages étroits au col de Forquinha

 
Rochers sur l'île de Santo Antao au Cap Vert

Montagnes arides faites de dykes de lave

 
Village dans les montagnes de Santo Antao, au Cap Vert

Village croisé le long du sentier

 

Nous voilà au point le plus bas, nous sommes littéralement au fond d’une gorge, où il fait une chaleur à n’en plus pouvoir. Le sentier remonte en direction du village où nous avons notre pension pour la nuit. Il est encore tôt et le canyon attise notre curiosité, nous décidons d’aller l’explorer ! Une petite rivière se faufile entre les roches et le sable, et les parois sont de plus en plus proches l’une de l’autre… Ce canyon fut la grande surprise, avec des airs d’ouest américain !

 

Pausa à l'ombre d'un manguier au Cap Vert

Petite pause sous un manguier dans les gorges

 
Canyon sur l'île de Santo Antao

L’Aventure à Santo Antão !

 
Randonnée dans un canyon au Cap Vert

 

La fatigue commence à se faire sentir, il est grand temps de rejoindre le village de Cha de Morte. Durant notre randonnée, le chauffeur a déposé nos bagages à notre pension : chez Lizy. C’est un peu comme un gîte, chez l’habitant ! Nous sommes dans un petit village typique, où il n’y a quasiment aucun touriste, si ce n’est les quelques personnes qui logent au même endroit que nous. Le confort est sommaire, l’eau est froide et la douche n’a presque aucun débit, mais nous sommes reçus avec gentillesse, sur-gâtés côté nourriture, et puis c’est une occasion formidable d’être au plus près des locaux.

D’ailleurs, on mange quoi au Cap Vert ? Du riz, des patates en tout genre, du poisson, du manioc, des haricots, des ignames, du chou… rien de mieux que de la bonne cuisine saine après les randonnées 🙂

 

Chez Lizy, Cha de Norte Santo Antao

Moments de jeux avec « Ju », une petite fille adorable recueillie par la famille de Lizy, et rencontre avec les nombreux chiens du village !

 

Portrait d’une vieille dame, qui connait quelques mots de Français et qui nous a dit « bonjour et bienvenue »

 
Sunset à Santo Antao

Dernières lumières sur les sommets autour du village

 

 

 

 

Randonnées à Santo Antão  jour 2  |  Tout là haut, sur le plateau de Norte

 

     Kilomètres parcourus : 15 km      Dénivelée :  +650m -850m     Nombre de touristes croisés : 1

 

Aujourd’hui, nous allons prendre de la hauteur ! C’est à quelques minutes de route du village que nous prenons le départ de l’excursion du jour : direction le plateau de Norte. Nous récupérons notre panier repas préparé par nos hôtes, et partons pour une nouvelle journée à la découverte d’un nouvel itinéraire de randonnée. Le sentier monte dans les montagnes rocheuses, et nous avons du mal à discerner à l’œil l’itinéraire, tant le chemin se fond dans les falaises…

 

Randonnée santo antao jour 2 avec Chamina Voyages

Le petit âne qui nous fait prendre du retard dès le début, tellement il est chou…!


 

Ascension plateau de norte au Cap vert

Le soleil annonce encore une journée haute en températures !

 

Rapidement, nous évoluons dans la falaise, au milieu des roches colorées. Le sentier serpente au milieu de ces paysages chaotiques, faits de roches et de pierres. On surplombe la vallée où se trouve notre village, on prend de plus en plus de hauteur. Nous faisons face aux sommets secs du sud de l’île, nos pieds côtoient une végétation dorée par le manque d’eau en cette saison. L’hiver aura été particulièrement sec cette année. Quelques mimosas croisés en début de chemin résistent !

Une fois encore, nous sommes seuls sur les sentiers, avec pour uniques compagnons le soleil et le vent. L’air semble plus pur qu’ailleurs, cette reconnexion avec l’essentiel fait le plus grand bien !

 

Randonnées à Santo Antao dans les montagnes

Récit de voyage à Santo Antao

Montagnes rocheuses au Cap Vert

 

C’est presque arrivés en haut du plateau que nous croisons quelques locaux avec leurs mules. Ils vivent dans l’un des villages isolés sur le plateau de Norte, et ils empruntent régulièrement ces chemins cassants, accrochés à la montagne, dans le but d’aller à la source d’eau et de remplir plusieurs bidons. A Santo Antão, il est habituel de marcher plusieurs heures dans la journée pour aller chercher de l’eau, aller à l’épicerie, ou à l’école… c’est le cas pour beaucoup de personnes qui vivent dans les hameaux loin des routes. Honnêtement, nous n’étions pas préparés à faire face à cette réalité de la situation. Au fur et à mesure de la randonnée, nous avons compris la dureté de la vie ici. Cela remet les idées en place et nous apprécions que mieux notre chance d’avoir accès à tout ce dont on a besoin pour notre confort.

 

 

Nous découvrons ensuite le plateau de Norte, à plus de 1500 mètres d’altitude. Des paysages volcaniques s’affichent, parsemés de quelques habitations. Nous longeons la falaise, la vue est incroyable et nous voyons au delà de l’océan, l’île de São Vicente. La chaleur est écrasante et nous peinons à trouver un peu d’ombre pour notre pique nique !  Un arbre solitaire apparait, tel un mirage… de quoi faire une pause réparatrice, se nourrir, boire, et se remettre une énième couche de crème solaire ! (aie les coups de soleil, bis)

Les batteries sont rechargées, on continue à grimper pour une ultime montée jusqu’à un ancien cratère volcanique, le Covao da Bordeira. Quelques pins sont regroupés non loin, ce qui est assez original étant donné que nous n’avons presque croisé aucun arbre depuis le départ. Au loin, le volcan Tope de Coroa est le point culminant de l’île de Santo Antão, il s’élève à 1979 mètres.

 

Paysages volcaniques de Santo Antao

Il fait chaud, mais c’est beau !

 

Col fantaisiste et habitation troglodyte (dans laquelle vit apparemment un illuminé!)

 
Panorama sur les sommets à Santo Antao

La vue spectaculaire et lointaine, jusqu’à l’île voisine de São Vicente

 

 

La randonnée est loin d’être terminée, il faut à présent s’attaquer à l’interminable descente ! On vous passe les longs moments de découragement quand on a vu que notre village était loiiiin, et qu’il y avait plusieurs dizaines dépingles pour arriver un bas. Nous sommes sur l’impressionnant sentier de Bordeira de Norte, reconnu pour son ouvrage unique : dans une falaise rocheuse, ce chemin est construit en pavés et serpente en lacets serrés. Les pieds chauffent, mais au moins, nous sommes à l’ombre ! Nous arrivons un peu fébriles chez Lizy, au village Cha de Morte. Le repos est le bienvenue après cette journée passée à courir les montagnes.

 

Longue descente de marche jusqu'au village de Cha de Norte

Sur le sentier Bordeira de Norte

 
Epingles sur les sentiers de Santo Antao

Trek dans la vallée de Cha da Morto

Les grands monolithes qui font le charme de Santo Antão

 

Nuit étoilée, depuis le toit de notre logement à Cha de Morte

 

 

 

 

Randonnées à Santo Antão jour 3  |  De Corda à Ribeira Grande

 

     Kilomètres parcourus : 8 km      Dénivelée :  +50m -800m     Nombre de touristes croisés : 0

 

C’est avec beaucoup de regrets que nous quittons notre petit nid chez Lizy, dans ce village autour des montagnes ! Notre chauffeur nous récupère avec nos sacs de voyage, car ce soir nous dormirons dans un tout autre décor, au bord de l’océan. Après une heure de route, c’est au petit village de Corda, perché dans les montagnes embrumées, que notre itinéraire débute. Nous avons littéralement changé de type de paysage, et nous descendons au cœur d’une vallée verdoyante et beaucoup plus riche en végétation que la veille. L’humidité est plus présente dans cette région, qui est alors plus propice aux plantations.

 

Suivre les chemins qui mènent aux vallées vertes

 
Randonnée sur l'île de Santo Antao

Randonnée au Cap Vert jour 3 avec Chamina Voyages

Cap Vert mystique…

 
Paysage de Santo Antao

La vallée Ribeira Duque

 

Le sentier évolue autour des cultures en terrasses, les plants ne sont pas encore à leur apogée. Nous devinons quelques pousses, et nous prêtons au jeu du « mais qu’est-ce que ça peut bien être ?! ». Ce qui est certain, c’est qu’il y a un arbre que nous reconnaissons sans difficulté, le bananier ! (trop dur… 😉 )

La vallée de Ribeira Grande s’est avérée être un vrai coup de cœur… au fil des minutes, le paysage est devenu de plus en plus grandiose et étendu. Nous étions seuls à traverser les petits hameaux où travaillent les habitants. Les premières cultures bordent le sentier, nous sommes entourés de cannes à sucre, de papayes, d’ignames… Ce décor est tellement dépaysant ! Nous dégustons notre panier repas face à un superbe panorama, en étant accompagnés d’un petit chien, qui fut attiré par la bonne odeur de nos gâteaux !  Il nous suivra un petit moment, jusqu’à nous doubler (ben oui, ils sont pénibles aussi ces touristes, à s’arrêter prendre des photos toutes les 5 minutes 😀 ).

 

Bananiers et manguiers ponctuent la randonnée

 

Les cannes à sucres représentent un revenu important pour les habitants, elles sont récoltés pour fabriquer du grog et de la mélasse

 
Trek à Santo Antao

Splendide panorama sur la vallée de Ribeira Grande

 
Balade dans les plantations du Cap Vert

Randonner entourés d’ignames, de cannes à sucre et de bananiers 

 
Randonner sur les sentiers du Cap Vert

Dans les champs de cannes à sucre

 
Village dans les montagnes à Santo Antao

 

Après cette belle immersion au milieu des plantations, nous retrouvons notre chauffeur préféré qui nous embarque pour le village de Ponta do Sol, qui promet de nouvelles perspectives ! Mais ça, on vous le raconte dans la seconde partie du récit de ce voyage 🙂


Carte


Gardez cette idée de voyage au chaud et épinglez là sur Pinterest :


 

 

Nous avons réalisé ce reportage en collaboration avec l’agence Chamina Voyages, comme toujours, nous gardons toute liberté éditoriale dans cet article. Retrouver plus d’infos ce voyage par ici !

A venir : la seconde partie de notre récit de voyage au Cap Vert, et notre carnet pratique

16 commentaires pour “Une semaine au Cap Vert partie #1 : randonnées sur l’île de Santo Antão

  1. Aurélia - Tripinthecity

    Effectivement, cette petite île a véritablement deux visages !
    Le côté aride m’a vraiment surpris, je ne m’attendais pas à ce type de paysages au Cap Vert ! Quant à la vallée de Ribeira Grande, ses paysages et plantations en terrasse ont l’air superbes !

  2. alchimiecoaching

    Wah ! Ca a l’air super sec c’est dingue ! Vous avez fait un beau programme, vous m’impressionnez toujous tous les deux !
    Et je dois dire que tes portraits de cette vieille dame et de la petite fille sont magnifiques, ils m’ont beaucoup ému, je ne sais pas pourquoi…
    Gros bisous à vous

    1. Betty

      Merci Lucie 🙂
      Oui cette vieille dame paraissait si gentille, même si ça a été compliqué d’avoir une conversation par la suit,e car on ne se comprenait pas trop…!
      Bisous !

  3. wbcviolaine

    Le contraste entre ce vert tropical et ces majestueuses montagnes désertiques est complètement fou ! Absolument superbe ! Merci pour la balade ! 😉

  4. Estelle

    Les îles de l’Atlantique m’attirent aussi. L’année dernière je suis allée aux Açores. Ce que j’adore, c’est que chaque île semble tellement différente, elles ont toutes une particularité et lors d’un voyage dans un archipel, ça donne plusieurs ambiances et paysages à découvrir. Le Cap Vert semble offrir cette même diversité entre les îles mais je connais si peu de choses sur cet archipel.

    1. Betty

      Les Açores sont aussi sur notre wishlist, ça doit être superbe 🙂
      Le Cap Vert est encore peu connu, et ça se ressent car il n’y a aucun tourisme de masse, du moins sur les 2 îles que nous avons visité !

  5. Marieke (les 3 M)

    Le Cap Vert nous fait de l’oeil depuis un moment, je suis contente d’avoir un peu de retour nature (et pas que plage). J’imagine qu’il doit y avoir aussi de plus petits parcours de randonnée (On en va pas aussi loin et fort avec Mini-M!)

    1. Betty

      Oui bien sûr, il y a de quoi faire sans forcément tomber dans des longues distances 😉 l’île est pleine de sentiers qui relient les villages entre eux, à vous de voir quand vous souhaitez vous arrêter ! Il est aussi possible de prendre un chauffeur qui vous dépose à un endroit, pour vous récupérer à un autre.

  6. Amélie

    Comme le Sénégal, les îles du Cap vert m’évoquent beaucoup de choses !
    Bon, on est un peu loin maintenant, mais dès notre retour en Europe, je sais que nous irons 🙂
    Et puis ça devait être très chouette de partir avec Chamina, c’est tout à fait votre style !
    Bises

    1. Betty

      Oui on a adoré leur principe de randonnées en liberté, ça nous correspond totalement 🙂
      Le Cap Vert vous plairait à tous les deux <3

  7. jolieslueurs

    Coucou 😉 Très chouette article qui me donne envie de partir sans plus attendre explorer cette île sublime ! Superbes paysages & rencontres… Je suis fascinée par les îles, à la merci des vents et des vagues… Après les Açores, j’envisage de découvrir Madère dans quelques mois, et le Cap vert figure aussi sur ma wishlist…

Laisser un commentaire