Un trek en Mauritanie dans les déserts de l’Adrar

Blog Voyage Mauritanie

Cap au sud, au coeur du Sahara occidental… la Mauritanie ! On vous raconte notre aventure des sables, 5 jours de trek à enchaîner les paysages sublimes de la région de l’Adrar, sur les traces des nomades. 

 

 

 

 

En route vers le désert… quand la Mauritanie nous met une claque visuelle

 

C’est à notre deuxième journée dans le pays que nous arrivons au lieu de départ du trek. Après des heures entassés dans des 4×4, à suivre les longues pistes poussiéreuses de l’Adrar, les paysages rêvés se révèlent… La région de l’Adrar est très diversifiée et est faite de montagnes, de déserts de dunes, de vastes plateaux et d’oasis. Mais ici, les reliefs se mêlent, les roches côtoient le sable, l’orange s’oppose au jaune. Bienvenue en Mauritanie.

 

Voyage d'aventure en Mauritanie

 

Le plus beau paysage de la Mauritanie

 

Désert de dunes en Mauritanie

 

 

L’équipe chamelière qui va nous accompagner installe le campement du jour. Nous avons deux grandes tentes, l’une pour la cuisine, et l’autre qui fait office de salon et de dortoir pour la nuit. Le thé est déjà en train de bouillir sur les braises, et le repas mijote.

Nous dormons à la belle étoile au pied des dunes, dans le silence du désert. Le cadre est tout simplement superbe et annonce bien la suite !

 

 

 

 

Campement dans le désert du Sahara

 

Une fin de journée sur les dunes

 

Dormir à la belle étoile dans le désert

 

 

 

Trek en Mauritanie jour 1

D’une mer de dunes à une autre

 

 

 

Ce premier jour de marche nous a fait traverser les dunes ventées. Le sable virevolte et nous nous équipons de nos chèches afin de nous protéger la tête. En quelques secondes nous voilà à la mode locale ! Nous grimpons littéralement sur des petites montagnes de sable, les pas se font rapidement lourds et c’est parfois pieds nus que l’aventure se poursuit ! Le soleil monte lentement et adoucit les reliefs de cette étendue dunaire.

Notre guide, Abass, connaît le secteur comme sa poche et déniche quelques raretés du désert, comme du sable cristallisé par la foudre, ou encore une plante dont les nomades se servent pour se nettoyer les dents.

 

 

Paysage de Mauritanie

 

Nos chaussures Merrell à l’épreuve du sable

 

Blog Voyage Mauritanie

 

 

Randonnées dans le désert du Sahara

 

 

Nomade en Mauritanie

Notre itinéraire n’est pas toujours le même que l’équipe des chameliers, mais afin d’être autonomes en eau, Ahmed nous accompagne avec un dromadaire.

 

 

Randonnée chameliere Afrique

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée à l’oasis de Maaden

Ici, on découvre de véritables jardins potagers au beau milieu du désert. Grâce à l’installation de puits, de nombreux légumes biologiques sont cultivés : carottes, betteraves, haricots…

Nous traversons le village à l’heure de la récréation. Premières rencontres et sourires partagés, derrière les foulards colorés.

 

 

Nous poursuivons notre randonnée en suivant l’oued Tirebane, jusqu’au lieu de notre campement. Les petits réflexes sont vite adoptés et chacun va déjà repérer un endroit où dormir. Certains choisiront la grande tente, d’autres une tente 2 places, ou encore la belle étoile ! Pendant ce temps, les chameliers se retrouvent autour d’un feu et dégustent le thé. Une vielle tradition nomade qui se perpétue.

Chaque soir, Sidi prépare le pain du désert, le Kesra, une galette de farine de blé cuite à même le sable, et recouverte de  braises. C’est avec des yeux grands ouverts qu’on découvre la préparation de ce qui nous servira de petit déjeuner le lendemain.

 

Le cadre du bivouac du jour

 

 

 

Trek en Mauritanie jour 2

Jusqu’au Chatou es Saghir

 

 

L’Adrar est connu pour sa diversité de paysages et l’authenticité de ses habitants. Cette nouvelle journée ne fera que nous le confirmer…! Nous traversons une nouvelle série de dunes, l’oued El Abiod, qui est surnommé la vallée blanche. Les paysages commencent à changer et des silhouettes montagneuses font leur apparition.

La chaleur se fait particulièrement sentir aujourd’hui, et bien qu’on soit en hiver en Mauritanie, le thermomètre atteint les 35°C en milieu de journée, et chaque arbre est le bienvenu !

 

Trésor de Mauritanie

Lever de soleil aux couleurs pastels

 

Détails du désert, les coloquintes (ou melon d’ânes) poussent ici et là

 

Mauritanie avec Terre d'Aventures

Arrivée dans la vallée blanche

 

 

Paysage de Mauritanie

 

 

Nous voilà au pied du Châtou es Saghir, l’une des montagnes emblématiques du coin. Mi roches, mi dunes, elle est considérée comme habitée par le diable et les nomades ne vont généralement pas s’y frotter. Notre campement à son pied, nous réalisons son ascension au coucher du soleil. Un moment inoubliable, avec un panorama imprenable sur les grandes étendues qui nous entourent. Il plane comme un petit air de savane et on pourrait très bien s’imaginer bien plus au sud de l’Afrique. Le sommet de la montagne cache un petit trésor, des peintures rupestres, vieilles de plusieurs milliers d’années, représentant des girafes sont dessinées sous un rocher, preuve de la présence passée d’animaux sur ces terres.

Aujourd’hui, la région est essentiellement peuplée d’insectes, de reptiles, de rongeurs et de coyotes.

 

 

Montagne en Mauritanie

Au sommet du Châtou, après une courte ascension qui s’est réalisée dans une pente raide, entre dunes et rochers

 

Nous avons l’impression d’être les premiers à fouler ce sable dessiné par le vent. Devant nous, un semblant de savane apparaît, dans laquelle on imagine les girafes qui habitaient sur ces terres, il y a bien longtemps

 

Roulades dans le sable

Trek en Mauritanie blog

 

 

Rencontre avec les vendeuses du désert

Chaque soir ou presque, nous sommes rejoint à notre campement par quelques vendeuses de bijoux et autre artisanat local, qui marchent souvent quelques kilomètres depuis leur village. Ce jour là, nous passons un bon moment à échanger et en quelques mots, la soirée prend une tournure enivrante.

Au coin du feu et en chansons, elles ornent les mains des femmes de notre groupe avec du henné. Un beau moment de partage sous le ciel étoilé du désert…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trek en Mauritanie jour 3

Tempête de sable et oasis

 

 

 

Aujourd’hui, le sable semble être en suspension dans le ciel, lui donnant une teinte jaune. Le vent soulève les grains qui se faufilent absolument partout. Nous arrivons au village de Toungad, construit à côté de la palmeraie la plus dense de l’Adrar. Les récoltes des dattes sont la principale ressource de ce village (comme beaucoup d’autres dans la région), les locaux vivent également de l’élevage de chèvres et un peu du tourisme, en vendant quelques objets aux marcheurs. Nous sommes accueillis chez la sage-femme du village, une parente d’Ahmed, notre cuisinier. On nous offre le traditionnel thé à la menthe, accompagné d’un pain moelleux. De quoi nous donner quelques forces supplémentaires pour cette nouvelle journée de randonnée !

Voyage en Mauritanie

 

 

Oasis de l'adrar

 

Le désert abrite plus de flore qu’il n’y parait : palmiers, mais aussi pommiers de Sodome et acacias

 

 

 

Nous continuons d’évoluer dans les grands espaces désertiques, les paysages s’enchainent et ne se ressemblent pas. 

Notre guide Abass nous compte ses histoires et anecdotes. Notre préférée est celle du jour où lui et son groupe de touristes français, ont rencontré un nomade solitaire. C’était la première fois que cet homme voyait des étrangers. Il lui a confié son incompréhension face à cette scène : « Mais pourquoi donc ces personnes payent pour venir ici ? Pour être dans le vent et le sable, sous le soleil tapant…? »

Mais l’histoire la plus marquante d’Abass a été celle du jour où il a failli succomber dans le désert. Parti avec peu d’eau, il a demandé conseil à un nomade sur un itinéraire à prendre pour rejoindre un village, et sa durée. Confiant sur les paroles de ce dernier, il s’est engagé dans cette marche qui s’annonçait courte, à « un jeu de bâton ». Il se trouve que cette information était totalement fausse, en quelques heures il s’est fortement déshydraté et s’est allongé sous un acacia. Sentant son heure proche, il a commencé à faire ses prières, quand un berger est arrivé et l’a secouru. Cet homme lui a sauvé la vie.

 

 

 

 

 

 

 

Montagne en Mauritanie

 

 

 

L’oasis de Techedrent marque la fin de cette troisième étape !  Aujourd’hui c’est jour de fête, car il y a un puit et nous allons pouvoir prendre notre première « douche ». Bien sûr, le confort est sommaire mais l’accès à l’eau est un véritable luxe ici. Nous nous organisons et faisons un groupe homme et un groupe femme. Se verser de l’eau fraîche sur soi et enlever ce sable qui nous colle à la peau fait un bien fou, on se sent requinqués..!

 

 

Moment de convivialité avec les chameliers et avec Mohamed qu’on a surnommé « Monsieur sourire »

 

 

 

 

 

Trek en Mauritanie jour 4

Le plus beau paysage de l’Adrar ?

 

 

Nous quittons les plateaux rocailleux et nous approchons d’un relief inattendu, mais ô combien fabuleux ! C’est après quelques heures de marche, et une longue pause à l’heure de midi, que nous arrivons face à un canyon coloré : les montagnes ont des airs d’ouest américain, les dunes de sable recouvrent l’oued el Tenzzent.

Nous entrons dans ce décor par la passe N’Kref, depuis laquelle nous apercevons notre caravane au loin. On longe les parois rocheuses sous les derniers rayons du soleil… on a tout simplement envie de s’arrêter toutes les minutes tellement c’est beau!

 

 

Derniers passages sur le plateau

 

Canyon Mauritanie

 

Guides et chameliers ne se lassent pas de ce décor époustouflant

 

Blog trek mauritanie

 

 

Randonnée dans l'Adrar

 

Mine, le chef chamelier, impose le respect par son âge et sa vie passée de nomade. Il porte le désert sur lui, et dévoile de temps à autre un regard discret entre les plis de son foulard

 

Montagne en mauritanie

 

Derniers rayons de soleil dans le canyon, nous installons notre campement dans le superbe cirque d’El Baka

 

 

 

 

 

 

 

 

L’art du thé dans le désert

La cérémonie du thé est une tradition nomade, qui perdure depuis le temps où les commerçants des 4 coins du mondes importaient le thé vert depuis la Chine. Les Maures le consomment plusieurs fois dans la journée, en posant la théière à même les braises, en suivant la règle des trois J : Jmar, Jar, Jmaa. Cela signifie qu’on boit 3 verres, le premier pour rendre hommage à la braise, le feux, le second pour la lenteur de l’infusion, et le troisième pour le partage, la bienveillance.

Le thé vert à la menthe est préparé avec un rituel bien précis : aéré et mousseux, il est l’élément qui relie les hommes entre eux, au coeur du Sahara.

 

 

 

 

 

Trek en Mauritanie jour 5

Jusqu’à Terjit

 

 

La lumière est belle et douce dans le canyon. Sidi est levé depuis bien avant l’aube et rameute les dromadaires, qui se sont promené pendant la nuit. Quelques chacals sont passés pas loin du bivouac. Il ne nous reste plus beaucoup de marche jusqu’à notre point final : l’Oasis de Terjit, où nous attendent boissons fraîches et bain naturel ! Pas mal comme récompense, non ?!

C’est non sans émotion que nous admirons les ultimes panoramas. On a traversé les dunes, les grands plateaux désertiques, les canyons… et surtout, nous aurons fait de belles rencontres, que ce soit dans notre groupe, nos guides et chameliers, ou encore les villageois croisés.

 

 

 

Voyager en Mauritanie

 

Visiter l'Adrar en mauritanie

 

 

 

 

 

 


 

Voyager et faire un trek en Mauritanie | Informations pratiques

 

.

Petite carte d’identité de la Mauritanie

Capitale : Nouakchott

Langues parlées : Arabe et français

Monnaie : Ouguiya mauritanien (MRO) – 1€ ≅ 41,2 MRO

Décalage horaire : -2h en hiver  -1h en été

Formalités d’entrée : Passeport valable 6 mois + visa (délivrable sur place – 55€/pers en liquide uniquement)

.

 

 

Quelle est la meilleure période pour visiter la Mauritanie ?

Nichée entre le Maroc, le Sénégal et le Mali, la Mauritanie bénéficie d’un climat désertique. La période parfaite s’étend de novembre à mars, l’été étant vivement déconseillé à cause des chaleurs trop importantes. Selon notre guide, les mois de décembre et janvier sont les meilleurs.

 

Comment venir en Mauritanie ?

Il y a un vol par semaine entre Paris et Atar, chaque samedi. Ces vols sont réservables sur le site de Point Afrique, mais généralement les agences de trekking l’incluent dans leur tarif et se chargent de tout. Pour les aventuriers qui voyagent en 4×4 à travers l’Afrique, les frontières avec le Maroc (Sahara Occidental) et le Sénégal sont praticables, à l’ouest du pays uniquement. Nous conseillons de bien se renseigner à ce sujet avant de songer à cette option.

 

La question de la sécurité dans le pays

Après avoir été fermée au tourisme pendant 10 ans, la Mauritanie renaît de ses cendres depuis 2 ans. Il reste encore des zones sensibles dans l’est du pays, mais la région de l’Adrar est aujourd’hui sans danger. On nous a beaucoup posé la question lors du partage de nos stories sur Instagram, à aucun moment nous nous sommes sentis en insécurité. Les locaux sont bienveillants et accueillants, et heureux de voir les voyageurs revenir dans leur pays. En toute honnêteté, on s’est parfois plus senti en insécurité au Maroc, qu’en Mauritanie !

 

Partir en Mauritanie avec une agence de voyage

On ne le dira pas pour tous les pays : la meilleure façon de visiter la Mauritanie est d’être accompagné par une agence. L’Adrar est encore très sauvage, les rares villages sont reliés par des pistes et les panneaux de localisation sont souvent aux abonnés absents. Ajouté à cela un réseau téléphonique inexistant et la dureté du désert, pour nous c’est tout vu. Si on souhaite y randonner il faut être préparé et surtout accompagné ! Les guides locaux connaissent le désert sur le bout des doigts, et l’équipe chamelière invite au partage des traditions nomades, ce serait dommage de s’en priver.

Nous avons réalisé ce voyage avec l’agence Terre d’Aventures (avec qui Betty était déjà partie aux Açores il y a un an), l’itinéraire que nous avons suivi est celui-ci : Les oasis de l’Adrar, pour un prix tout à fait correct. Nous avons pu découvrir une belle palette de paysages différents, des étendues dunaires, mais aussi des canyons incroyables. De plus, ce circuit est unique et propre à Terres d’Aventure, de quoi se sentir seuls au monde pendant 5 jours…

Niveau difficulté physique, il faut être en bonne forme car on marche assez régulièrement dans le sable, et ça pompe vite l’énergie. Les étapes du trek présentent peu de dénivelé, et durent entre 4 et 6h, ajouté à cela une pause de 3 ou 4h en milieu de journée au moment des heures les plus chaudes.

 

Que mettre dans son sac pour un trek dans le désert ?

 

– Chaussures de randonnée tige basse : pour la montagne et les plateaux rocheux. Il semblerait que les chaussures en toile de ce type soient de bonnes alliées en toute conditions (sable et roches)

– Sandales : pour la marche dans les dunes et le bivouac

– T-shirt respirant en mérinos (un t-shirt dure 3 jours)

– Pantalon léger pour les femmes (c’est plus respectueux pour la religion musulmane)

– Polaire pour les soirs, les températures baissent la nuit

– Chèche ou foulard pour se protéger du sable et du soleil (on peut en acheter à l’aéroport d’Atar)

– Lunettes de soleil et casquette/chapeau

– Une ou deux gourdes isothermes (de l’eau bien fraîche aux heures chaudes de la journée, ça n’a pas de prix)

– Lingettes pour la toilette

– Un sac à dos pour la randonnée + un sac de voyage souple type basecamp (porté par les dromadaires)

– Trousse de secours classique avec notamment : collyre (pour le sable dans les yeux), Biafine, anti-diarrhéique, Compeed…

– Lampe frontale pour le soir (type lendlser)

– Sac de couchage, température de confort 0°C. Les matelas sont fournis par les accompagnateurs.

 

 

Conseils en vrac

-> La carte bancaire n’est pas acceptée, et il y a peu d’endroits où faire des retraits d’argent. Le plus simple est d’apporter des euros et de faire du change en arrivant à l’aéroport d’Atar ou de Nouakchott.

-> Les pourboires pour les guides sont appréciés, compter entre 15 et 30€.

-> Dans les villages, il peut arriver que les enfants réclament des bonbons ou des stylos. Il est conseillé de ne pas encourager cette mendicité et de donner à l’école du village qui repartira les dons.

-> Pour éviter tout risque de contamination et limiter les plastiques, les guides s’occupent de traiter l’eau. Il en résulte que le goût est assez fort (goût d’eau de javel assez présent). Pour être honnête, ça a été le seul problème de ce voyage. Nous conseillons d’apporter quelque chose pour rendre l’eau plus agréable à boire, comme de l’anisette ou des dosettes de sirop de citron. Une autre astuce : apporter des sachets d’infusion et se préparer des gourdes de tisanes la veille au soir, elle refroidit dans la nuit et c’est un bonheur à boire dans la journée.

-> Emporter plusieurs batteries pour son appareil photo, ainsi qu’une batterie externe solaire pour recharger son téléphone (si le téléphone est votre appareil photo)

-> Prendre une petite brossette pour nettoyer son matériel photo et enlever le sable fin.

 

 


 

Notre voyage en Mauritanie sur la carte

 


 

Vous rêvez d’Afrique saharienne et de dépaysement ? Mettez de côté cet article et épinglez le sur Pinterest :

 

 

 

 

 

* Cet article contient des liens affiliés. Si vous commandez un produit via ces liens, nous touchons une petite commission. Cela ne change pas le prix pour vous, et ça nous aide à faire vivre ce blog : )

** Nous avons visité la Mauritanie suite à une invitation de l’agence Terre d’Aventures. Cela ne change en rien nos récits et avis.

6 commentaires sur “Un trek en Mauritanie dans les déserts de l’Adrar

  1. lamariniereenvoyage

    Je veux bien croire que vous avez eu une claque visuelle sur place, mais vos photos aussi nous mettent une sacré claque 😀 c’est tout simple sublime ! Merci pour ce partage qui aidera je l’espère les gens a connaître ce pays…

  2. LE BELLEC (Chantal et François)

    Magnifique reportage photo qui nous ramène en ….2001 avec Nomade Aventure ! Bravo à vous deux, nous vous suivons avec beaucoup d’intérêt à travers vos voyages et nous ne nous lassons pas de regarder vos superbes photos . Bravo Betty ! Le désert est toujours aussi envoûtant et les rituels n’ont pas changé.

    1. Betty

      Merci beaucoup pour votre gentil mot 🙂
      Nous imaginons ce pays resté comme tel depuis 2001, tellement il est authentique et sans « fioritures » touristiques…

  3. Michaël Tréhoust

    Bravo pour ce billet et les magnifiques photos qui l’illustrent à merveille. Je découvre votre blog au gré de recherches post-voyage dans cette superbe région. Nous revenons d’un trek très similaire et partageons votre enthousiasme envers ce pays, le désert authentique, les choses simples, la gentillesse de ses habitants… Bref, pour une première expérience en famille dans le désert, nous imaginons avoir fait un bon choix et ce reportage nous conforte dans l’idée d’avoir vécu des moments assez exceptionnels.
    A nouveau bravo pour la qualité des photos et leur mise en page. J’adorerais en faire autant avec du temps, le bon matos et du talent…[Ca fait beaucoup]. Je crois que vous avez gagné un abonné sur Insta !

    1. Betty

      Hello Michael !
      Merci beaucoup pour ce gentil message qui nous fait chaud au coeur 🙂
      Nous ne sommes pas étonnés de lire votre retour, tant ce pays est marquant et son peuple humble. On ne peut que vous souhaiter d’autres belles aventures !

Laisser un commentaire