Notre voyage aux États-Unis : infos pratiques

On dit toujours que lorsqu’on organise sa prochaine escapade, le voyage commence déjà…
IMG_4059pano

 

Organiser un périple de 30 jours à travers l’ouest Américain demande de la préparation, de l’organisation et pas mal de repérage.

Voici nos infos pratiques :

 


LE BILLET D’AVION

Au départ de Toulouse, nous sommes partis avec Lufthansa avec une escale à Francfort, jusqu’à Los Angeles. Rien à redire, en plus nous avons eu une escale de seulement 50 min à Francfort, ce qui nous a quand même fait stresser. Et aucun problème, tous nos bagages sont arrivés sans soucis. Idem pour le retour. Les billets d’avions ont été achetés 5 mois à l’avance, avec un tarif raisonnable.

Pour vous donner une idée, un billet Paris-Los Angeles est à environ 750€ (prix vu sur Skyscanner en février 2016).

 

LES FORMALITÉS ADMINISTRATIVES

  • Disposer d’un passeport biométrique ou électronique en cours de validité.
  • Avoir reçu une autorisation ESTA (Electronic System for Travel Authorization). Ce document est nécessaire et vous sera demandé à votre arrivée. Pour demander ce formulaire c’est ici (c’est très rapide, nous l’avions reçu par mail dans la journée). Il est valable 2 ans et coute 14$ par personne.
  • En tant que touriste, on a le droit de rester 90 jours dans le pays. Si vous voulez y rester plus longtemps, il faudra faire une demande de visa spécifique.

LA LOCATION DE VOITURE

Nous avons fait le choix de nous diriger vers un véhicule 4×4, car nous avions prévu de rouler sur quelques pistes. Sinon, une voiture plus classique suffit.

Nous avons choisi notre voiture sur RentalCars.com qui propose généralement des bons prix. Nous avons loué un Jeep Grand Cherokee pour 1070 € pour 1 mois, avec l’agence Thrifty, prise en charge et retour à Los Angeles.

Si on la récupère dans une ville et qu’on la laisse dans une autre, il peut y avoir des frais d’abandon, notamment si le retour se fait dans un autre état. C’est à savoir!

Sur place, il faudra regarder si vous prenez une assurance supplémentaire ou non (des fois, on vous la proposera, et d’autres fois, ça sera une case à cocher à la fin du ticket, souvent sans qu’on ne vous explique quoi que ce soit…). Ensuite, on vous indiquera où se trouve sur le parking la catégorie de voiture que vous avez loué, vous vous retrouvez devant plusieurs modèles, chacun avec sa clé sur le contact, et il n’y a plus qu’à choisir !

Pour louer une voiture aux États-Unis, le permis de conduire Français suffit et il faut être âgé au minimum de 21 ans.

Pour le carburant, le prix est annoncé par gallon (1 gal = 3,78L). Selon les états, les taxes ne sont pas les mêmes, n’hésitez pas à vous renseigner avant de partir et, une fois sur place, de faire le plein avant de changer d’état. On trouve dans toutes les stations du Regular ou Unleaded (l’essence SP95 en France), mais pas tout le temps du Diesel. Enfin, le diesel est plus cher que l’essence.

 

Sur la route, Arches National Park.


LES LOGEMENTS

Selon la saison, il est important de réserver ses logements bien à l’avance. L’été étant la saison la plus courue.

Nous avons essentiellement dormi sous la tente dans les campgrounds; de temps en temps, nous avions préalablement réservé une nuit en cabane ou hôtel. Essentiel pour se recharger un peu !

 

Les campgrounds :

 

Nous, c’est ce qu’on a préféré et ce qu’on a utilisé majoritairement.

Les campgrounds sont comme des campings, mais en plus simple et au plus proche de la nature. C’est le moyen le plus sympa de profiter de la vie en extérieur et certains sont idylliques pour les amoureux de la nature. Ils sont généralement bien équipés : toilettes, lavabos ou point d’eau, et chaque emplacement dispose de sa place de parking, de sa table de pique nique et d’un barbecue. Leur prix varie de 0$ à 27$ par emplacement, cela reste la solution la plus économique pour se loger lors de son voyage aux États-Unis.

Il en existe de plusieurs catégories :

  • Ceux qu’il faudra réserver : c’est souvent ceux qui sont situés dans les parcs nationaux. Il faut réserver son emplacement quelques mois plus tôt à l’ouverture des réservations. Ce sont généralement les campgrounds les plus coûteux. Il faut se rendre sur le site Recreation.gov pour réserver, on peut y choisir son emplacement (ça c’est assez chouette) et le paiement se fait en ligne.
  • Ceux qui sont sur la base du « premier arrivé, premier servi » : pas de réservation possible; s’il y a de la place, on s’installe et pour régler c’est généralement un système d’enveloppe qui est mis en place : on remplit la petite cartonnette, on y ajoute le montant en liquide, on met le tout dans la petite boîte aux lettres et on ne manque pas d’accrocher devant son emplacement (ou sur sa voiture) la seconde partie de la cartonnette qui indique que tout est bon. Donc il faut toujours penser à avoir de la monnaie avec soi. Ceux qui se situent dans un parc national sont indiqués sur le site du National Park Service, ou sinon ça sera sur le site du Bureau of Land Management, ou tout simplement, fouiner sur Google maps ! Ils sont généralement un peu plus prisés le week-end.

 

Petit bonus :

– Il existe un site qui répertorie des photos de chaque emplacement de campground (oui ça existe vraiment !). Comme ça, si vous êtes tatillons (ou tout simplement curieux), vous pourrez choisir précisément votre emplacement. C’est ici.

– Un autre site pratique qui répertorie les campgrounds sur une carte, il suffit de zoomer sur l’endroit voulu et ils s’affichent. Le site n’est pas très esthétique mais ça permet de trouver un campground et ses infos en un coup d’œil. C’est par ici.

 

State Line Campground, Utah-Arizona.

 

Les campings privés et cabins :

 

Il existe également des campings privés, qui eux ressemblent plus aux campings que nous connaissons chez nous. C’est à dire qu’il y a du personnel, des toilettes, des douches, une laverie, une épicerie ou boutique de souvenirs, et des fois une cuisine commune et une piscine. En gros, c’est plus de confort. Chaque emplacement dispose d’une place de parking, d’une table et d’un barbecue. Le seul inconvénient est que les emplacements sont assez proches les uns des autres.

On peut aussi y louer des cabins. Ce sont des petits chalets avec un ou plusieurs lits. C’est assez rudimentaire car il n’y a que le couchage (sans les draps) et une petite table, mais ça permet de dormir de temps en temps dans un vrai lit pour un prix un tout petit peu moins cher qu’un hôtel. Il en existe également en version « deluxe » avec ses propres sanitaires et une cuisine.

Proche des parcs nationaux, on trouvera souvent des KOA. C’est ceux où nous sommes allés. On y a testé l’emplacement pour la tente (30$ par nuit) et la cabin la plus basique (80$ par nuit) à Cannonville à côté de Bryce Canyon. Nous avons également profité d’une cabin à celui de Moab.

Un autre endroit où nous avons réservé une cabin : Escalante Outfitter. Nous avons payé 50$ la nuit pour une petite cabin agréable, avec un lit double (et avec des draps !) et des sanitaires communs. Et en plus, ils font d’excellentes pizzas ! Ils disposent également de quelques emplacements de camping pour 18$. Bref, c’est un bon plan.

Donc, les avantages de cette option sont un peu de confort, de pouvoir prendre des douches et de faire sa lessive, ce qui n’est pas négligeable durant un roadtrip en tente !

 

DSC_0284_5

Cabin au KOA de Cannonville (Bryce Canyon)

Les hôtels :

Nous n’allons pas pouvoir donner un grand retour d’expérience sur les hôtels, car nous y avons rarement été. Cela va du motel en bord de route, au prix abordable et à l’hygiène douteuse, au bel hôtel, assez cher et tout confort. Ce que l’on conseille, c’est de réserver au préalable lorsque c’est le week-end, car en général dans les lieux touristiques tout est complet.

On trouvera sur Booking beaucoup d’hôtels (pour ne pas dire presque tous !) et on y trouve en général le meilleur prix.

Nous n’en avions réservé que deux durant notre voyage d’un mois : le Holiday Inn à Las Vegas et l’Alcazar à Palm Springs. Sur place, nous avons passé deux nuits supplémentaires dans des hôtels à Fresno et à Moab, où il restait encore de la place le jour même. Comme quoi, on peut arriver à se débrouiller un peu sans forcément réserver, mais parfois et selon les lieux, il ne reste que des hôtels très chers (ce qui est arrivé à Moab où nous avons déboursé 190$ pour la nuit…).

IMG_2774

Alcazar hôtel, Palm Springs.

Air BnB :

Un autre choix qui s’offre à vous : trouver une chambre ou un logement entier chez l’habitant sur Air Bnb. C’est devenu une habitude pour nous, lorsqu’on se rend à un endroit, de regarder ce qu’on peut trouver avec ça. Nous en avons profité à notre arrivée à Los Angeles où nous avons réservé deux nuits chez un charmant couple de retraités qui avaient aménagé une annexe de leur maison en chambre avec salle d’eau, ce qui fait que nous avions quand même notre intimité tout en étant chez eux. C’était parfait et ça nous a permis d’avoir un premier échange avec les Américains. Et franchement, par rapport aux prix des hôtels à Los Angeles, ça valait le coup.

Nous conseillons donc de regarder avec Air Bnb, cela vaut surtout le coup pour les villes, car un peu plus dans la campagne il y a peu de choix, et c’est plutôt cher.

Cliquez ici pour recevoir un bon de 21€ à votre inscription.

 


VISITER LES PARCS NATIONAUX

Les États-Unis comptent pas moins de 59 parcs nationaux dans tout le pays. Ce sont des lieux uniques et aucun ne se ressemble, ce sont des espaces naturels préservés, avec des paysages généralement grandioses à la géologie surprenante, et ce sans parler de la faune sauvage. C’est principalement pour eux qu’on vient dans l’Ouest Américain!

L’entrée dans un parc national est payante. Le prix est annoncé pour un véhicule et se monnaie entre 10 et 30$ selon les parcs. Il est à régler au péage à l’entrée et le ranger vous remet une carte et le journal du parc.

 

Le Pass America The Beautiful

C’est un pass qui permet d’entrer dans tous les parcs nationaux, valable un an. Son prix est de 80$ (pour un véhicule), donc si vous comptez visiter plusieurs parcs, ça vaut largement le coup.

Il est possible de l’acheter sur internet ou tout simplement à l’entrée du premier parc national que vous visiterez.

 

Ce qu’il y a à faire 

  • Les points de vues : c’est généralement ce qu’on fait lorsqu’on arrive dans un parc national, on file au premier point de vue ! Et bien souvent, on est rapidement émerveillé… Chaque parc national contient au moins une route « panoramique » offrant de beaux paysages et donc, de beaux points de vues.
  • Les randonnées : les « trails » principaux sont bien indiqués sur les cartes remises à l’entrée du parc, c’est la meilleure manière de découvrir les paysages, cela permet de s’imprégner totalement des lieux.
  • Les visitor center et musées : parce que c’est toujours sympa d’en apprendre un peu plus sur le parc et se ramener des souvenirs !
  • Les animations des rangers : les rangers font régulièrement des animations gratuites sur des thèmes différents, il suffit de se renseigner au visitor center pour en savoir plus.

 

Les parcs nationaux que nous avons visité :

Sequoia : découvrir le récit – voir notre guide.
Yosemite : découvrir le récit – voir notre guide.
Death Valley : découvrir le récit – voir notre guide.
Zion : découvrir le récitvoir notre guide.
Bryce Canyon : découvrir le récit voir notre guide.
Capitol Reef : découvrir le récit.
Arches : découvrir le récitvoir notre guide.
Canyonlands : découvrir le récitvoir notre guide.
Grand Canyon : découvrir le récitvoir notre guide.
Joshua Tree : découvrir le récitvoir notre guide

 

A l’entrée ouest de la Death Valley

 

Le Passport To Your National Parks

Notre souvenir chouchou !

Il s’agit d’un petit passeport qui répertorie tous les parcs nationaux des États-Unis (comprenant également l’Alaska et Hawaii), avec des emplacements pour pouvoir y tamponner son passage dans le parc et y rajouter le timbre équivalent. Il y a aussi de la place à la fin pour rajouter les National Monuments, States Parks… Il en existe même une version pour les enfants, plus ludique.

On peut l’acheter (9,95$) et le tamponner dans tous les visitor center. Le tampon est généralement laissé en libre service à côté de l’entrée ou de la caisse et il est gratuit.

Nous, on trouve l’idée très chouette et c’est avec plaisir qu’on le feuillète aujourd’hui chez nous !

Passporttoyounationalparks


LES STATES PARKS, NATIONAL MONUMENTS, TRIBAL PARKS…

Oui, parce qu’il n’y a pas que des parcs nationaux aux États-Unis ! Lorsqu’on voyage dans l’ouest Américain, on tombe régulièrement sur des States Parks, des National Monument ou bien des Tribal Parks comme Monument Valley. Les State Parks et National Monuments sont beaucoup moins fréquentés et plus sauvages que les National Parks, et certains valent largement le détour…

L’entrée est gratuite ou non, selon les parcs. Pour les National Monument, l’accès est généralement libre. Il y a également des visitor center dans ces parcs.

 

Ceux que nous avons visité :

Bodie Historic State Park : découvrir le récit.
Devil Postpile National Monument : découvrir le récitvoir notre guide.
Valley of Fire State Park :  découvrir le récitvoir notre guide.
Vermillion Cliffs National Monument : découvrir le récit.
Grand Staircaise Escalante National Monument : découvrir le récitvoir notre guide.
Goosenecks State Park : découvrir le récit.
Monument Valley Tribal Park : découvrir le récit.

 

A la découverte de Wire Pass, Vermillion Cliffs National Monument


QUEL MATÉRIEL ?

 

Le camping : 

Partis en voyage pendant un mois, on a du s’organiser et avons emportés un bagage supplémentaire pour s’amener le nécessaire. Voici la liste spéciale camping !

Le couchage :

  • Une tente : oui, c’est un peu la base ! N’ayant pas prévus de faire du « backpacking », nous avons choisi d’amener notre tente 2 seconds Quechua. Ça a été très pratique pour nous qui changions de campground tous les jours ou presque… Le côté fun : ça épate les Américains lorsqu’on déplie la tente !
  • Un matelas, tapis de sol : là, il y a deux choix. On peut choisir un matelas un peu épais et très confortable, mais qui prendra un peu plus de place dans le sac de voyage, ou bien prendre des tapis de sol de randonnée qui sont plus fins et moins encombrants. Tout dépendra de vos priorités. Nous avons opté pour un plus épais afin de bien dormir, c’est important lorsqu’on ne dors pas souvent dans les hôtels et qu’on enchaîne les journées de balades. N’oubliez pas de prendre un kit de réparation en secours ! (Nous parlons en connaissance de cause…)
  • Un gonfleur : à penser si vous choisissez un matelas épais, ceux de randonnée sont généralement auto-gonflants. Nous en avions acheté un sur place au début du voyage (dans un supermarché Wallmart)
  • Un sac de couchage : avoir un bon sac de couchage est primordial. Nous avons pris des duvets Lestra confort -4°c. C’était le minimum car les nuits sont fraîches même en plein désert. Nous avions emporté également un simple drap pour les nuits moins froides.
  • Un oreiller :  très important aussi quand on campe beaucoup ! Avoir un bon oreiller assure un bon sommeil réparateur. On peut soit apporter le sien (en le comprimant beaucoup dans le sac de voyage) soit en acheter sur place… Il existe aussi des oreillers compressibles pour la randonnée qui peuvent faire l’affaire pour les moins difficiles.
  • Des petites lampes : le mieux est d’avoir une lampe frontale (pratique pour aller à la voiture ou aux toilettes la nuit) et une lampe (voir deux) de table et qui peut s’accrocher dans la tente. Nous avions chacun une lampe frontale + une lampe « pliable » comme celle-ci.

La cuisine :

  • Un réchaud : il y a beau avoir des barbecues partout, le réchaud est à avoir. Nous avions pris notre fidèle Jetboil couplé avec une popote pour une plus grande contenance et pouvoir cuisiner des pâtes, riz, légumes… Nous trouvons facilement des bouteilles de gaz dans les supermarchés sur place (il est interdit d’en prendre en avion, même en soute).
  • Assiettes, couverts et verres : normal !
  • Une glacière : très important également, la glacière. Nous en avions une en polystyrène que nous avait donné nos hôtes à Los Angeles, et ça a suffit amplement. On trouve des gros sachets de glaçons en vente dans le moindre supermarché et la moindre station essence. Notre petite astuce : achetez des sachets congélation gros volume et hermétiques, remplissez les avec les glaçons. Parce qu’au bout d’un moment, ils vont fondre et le sachet dans lequel ils sont vendus a des petits trous. Forcément ça inonde la glacière, et retrouver ses aliments qui flottent dans l’eau, c’est moyen… (là aussi, ça sent le vécu !) 
  • Une caisse : pour ranger sa nourriture. Nous en avons acheté une le moins cher possible lors de nos premières courses au Wallmart.
  • Du papier aluminium et des sachets congélations : pour emballer ses restes, ou ses sandwichs, ou encore cuire des patates à la braise…(dans l’aluminium hein, pas dans le sac congélation 😉 )
  • Un ouvre boîte : primordial, presque toutes les boîtes de conserves ne disposent pas d’une ouverture facile.
  • Et ne pas oublier d’acheter sur place de quoi faire sa vaisselle ! (et de quoi l’essuyer également)

 

 

Pour les barbecues, il est interdit de ramasser du bois dans le campground ou dans le parc. Vous trouverez, toujours dans les stations services et dans les supermarchés, des sachets de petites buches pour alimenter votre feu. N’hésitez pas à prendre aussi un allume feu.

A ne pas oublier :

  • Une trousse de premiers soins : désinfectant, pansements, anti-douleurs, nettoyant pour les yeux et aspi-venin.
  • Des lingettes désinfectantes : essentielles lorsqu’on doit aller tous les jours dans des toilettes publiques.
  • Des lingettes pour le corps : là aussi, essentielles quand on ne peut pas se doucher tous les jours !

 

 

Le matériel photo/vidéo : 

 

Pour nous, ce sont les objets les plus importants à nos yeux (avec nos passeports bien sûr) lorsqu’on voyage.

Betty étant photographe, nous partons avec toute une panoplie mais voici nos conseils les plus importants :

  • Avoir un objectif grand angle : oui, car aux États-Unis, tout est grand ! Et régulièrement, on se rend compte que tout ne rentre pas dans le cadre. Nous avions un objectif 17-40mm, et parfois, c’était limite.
  • Prendre des batteries de rechange : c’est surtout très important quand on ne dort pas dans les hôtels et qu’on ne peut pas recharger tous les soirs.
  • Prendre des chargeurs de batterie que l’on peut brancher sur l’allume cigare de la voiture : les routes peuvent être longues, donc autant charger les batteries pendant ce temps. Et ça vaut également pour les téléphones. Nous étions partis avec un chargeur double usb et avions investi dans des chargeurs de batteries adaptés.
  • Prendre plusieurs cartes mémoires : durant tous les voyages, on « mitraille » énormément… Donc, soit on part avec plein de cartes mémoires, soit on prend un ordinateur portable pour vider ses photos au fur et à mesure. Nous avons choisi la seconde option, plus simple lorsqu’on part 1 mois.
  • Avoir un kit de nettoyage : chiffon microfibre, pinceau, ou encore de quoi nettoyer son capteur pour ceux qui ont des appareils de type reflex. Il y aura toujours un peu de poussière par ci par là, et c’est important de soigner son matériel avec des ustensiles adaptés.

Ne pas oublier d’emporter un adaptateur de prises, ce ne sont pas les mêmes qu’en France.

 

Moment multimédia en plein air


LIVRES

Hormis le traditionnel guide Lonely Planet, nous avons acheté sur place le livre Photographing the Southwest: Southern Utah: A Guide to the Natural Landmarks of Southern Utah (en Anglais – 29,80$) qui est tout simplement génialissime. Il répertorie toutes les merveilles à découvrir, plus ou moins connues, et ce avec des conseils photographiques importants comme le meilleur moment de la journée et le type d’objectif à utiliser. Les photos de ce guide sont très belles et donnent envie de tout voir !

Il existe également pour d’autres états comme la Californie, l’Oregon, l’Arizona… Voir le site.

Vous pouvez les commander sur internet ou bien les trouver sur place dans les magasins d’équipement de montagne ou dans certains visitor center.


SE RESTAURER

Il y a plusieurs choix possibles concernant les repas. Soit on fait ses courses et on cuisine nous-même (cela vaut surtout pour le camping), soit on va au restaurant/diner/…

Étant donné que nous campions, nous nous cuisinions la majorité de nos repas nous-même le soir, sauf lorsque nous dormions dans des hôtels, on s’offrait généralement le restau, et c’était souvent pas très diététique  !

Pour le midi, nous nous faisions généralement des sandwichs mais il est possible de se composer sa salade à emporter dans beaucoup de supermarchés. C’est ce que nous avions testé à Moab au City market.

Voici la sélection des restaurants qu’on a préféré :

    • Los Angeles : l’Alcove cafe. Au calme, ils servent un peu de tout, salades, wraps, burgers, ainsi que des pâtisseries avec de délicieux cupcakes. La terrasse est très agréable. Le prix est un peu élevé, comme partout à L.A.
    • Las Vegas : Shake Shack. Nous sommes au pays du burger, donc forcément il ne faut pas passer à côté. L’avantage chez eux est qu’ils respectent une certaine éthique au niveau de la viande (pas d’hormones ni d’antibiotiques, et pommes de terres sans OGM), et on y trouve quelques produits bio. Les burgers sont vraiment bons !
    • Escalante : Escalante Outfitters. Nous y avons mangé de très bonnes pizzas, et nous y sommes retournés pour le petit déjeuner ; ils ont un bon choix de pâtisseries.
    • Moab : Peace Tree Juice Coffee. On a adoré cet endroit. Salades et burgers délicieux, ainsi que les smoothies (le pêche-mangue-banane-coco, servi à moitié glacé, une tuerie.).
    • Moab : The Spoke On Center. Encore un endroit où on a craqué pour un burger, à composer avec des frites délicieuses.
    • Mexican Hat : The Old Bridge Grill. Un arrêt à faire absolument entre Moab et Monument Valley. On y mange des succulents Navajo Tacos, la spécialité des indiens Navajos. Par contre, on conseille de ne rien prendre en plus, parce que ça cale !

N’oubliez pas qu’aux États-Unis le pourboire est de rigueur… Nous devons le rajouter généralement à la main sur le ticket si on paye par carte et équivaut généralement à 15 à 20% de la note.

Pour les végétariens, on trouve partout des plats et burgers sans viande. Tous les restaurants qu’on a cité ont un ou plusieurs choix végétarien.

 


–  N’hésitez pas à nous faire part de vos questions, remarques et suggestions afin de mieux vous aider à préparer votre voyage  –
Retrouvez nos récits, racontés au jour le jour ici, et nos infos pratiques détaillées par parcs ici.

4 commentaires sur “Notre voyage aux États-Unis : infos pratiques

  1. Planete3w.fr

    Merci pour tous ces conseils, nous rêvons un jour de découvrir l’Ouest Américain. Les photos et les paysages sont juste magnifiques. Vous avez eu quelques déceptions pendant ce voyage ?

    1. Betty Post author

      De rien et merci beaucoup pour le compliment ! Nous vous souhaitons de tout coeur d’avoir la chance de découvrir ce beau pays un jour :)
      En toute honnêteté nous n’en avons eu aucune, sauf peut être le niveau de fréquentation de certains parcs nationaux comme Arches ou le Grand Canyon. Mais ça restait supportable 😉

  2. Lionel

    Une mine d’informations et des photos vraiment sublimes, je ne pouvais rêver mieux pour préparer mon prochain voyage. J’ai bien conscience du travail énorme que cela a demandé, merci !

    1. Betty Post author

      Merci beaucoup pour ce gentil commentaire qui nous fais énormément plaisir :) Nous sommes heureux de contribuer à la préparation de ce voyage, qui ne pourra qu’être inoubliable… Si vous avez des questions n’hésitez pas !

Laisser un commentaire